L’adieu et la célébration

Hier, c’était un grand jour pour notre Association. Célébration et tristesse ont été mélangés, parce que la vie d’une grande famille comme la nôtre est composée de tous cela, de forts sentiments, respect et participation.

Ce week-end a été prévu un temps de célébration pour l’ouverture du nouvel entrepôt de ’ Association ’, fruit de la ’ engagement de nombreux bénévoles, sponsor, amis et sympathisants. le projet a débuté il y a quelques mois a été confié à Giovita Crippa qui a dirigé la “troupe” avec un dévouement inlassable en liaison fut surnommé ” le PalaGiò”. La fleur des volontaires dont nous sommes tous les pétales (Alors dit Giovita) inauguré le nouvel entrepôt avec une bénédiction et la Coupe du ruban tricolore.

Giovita Charles lors de l’inauguration

Un groupe de jeunes enthousiasma accompagné la cérémonie de célébration et a dédié une chanson pour accompagner le temps de réflexion, une chose entendue est importante pour le passage d’un cher ami et collègues notes: Carlo Proserpio, Tuba basse.

Nom et instrument: Cela peut être assez, pour ceux qui le connaissaient, pour fermer le cercle autour de Carlo Proserpio. Carlo, “UL Casóeula” pour beaucoup d'entre nous, Il vécut une vie intense en travail et famille: classe 1931 comme beaucoup de ses pairs, a fait plusieurs métiers, mais tous ’ l’âge de 50 Il a décidé de commencer à jouer d’un instrument, cet instrument sera le tuba basse. Il étudie très “pour récupérer” aller au début de la basse-cour encouragée par les enseignants qui ont suivi et ils ont toujours reconnu comme un musicien de grande valeur et de fiabilité. Dans 2009 reçoit un doctorat honorifique en Tuba après avoir amassé une grande expérience dans Bailey et dans les nombreuses formations qui ont accueilli en tant que contributeur. Y compris le groupe de jeune de notre école de musique où il pourrait se révéler aux nombreux jeunes qui jouait avec lui, ce que la passion et le dévouement.

Inoubliable est l’image de lui en uniforme avec une cravate bien nouée, Chapeau et tuba dans ses bras, tout d’abord à chaque service, toujours à l’avance grand: Si il ’ il a été le lieu de la ritrvo était la bonne. Inoubliable de sa guitare solo sur ’ la Vie qui a été souvent salué par le chœur de jeunes équipent de la C est.

Après les nouvelles publiées sur la page Facebook du groupe (Voici le lien) ont beaucoup de salutations et de condoléances. Amis, non seulement la bande de Besana et pas seulement des musiciens, N’oubliez pas de passion, intégrité et authenticité, les quelques mots, Un peu’ Tangled peut-être mais toujours précieux, et son instrument.
À cet égard, nous rapportons ici un poème écrit par ’ ami et musicien Frank Salah il y a quelques années. Le conte de ’ achat de son instrument qui récompense tous les sons doux et velouté.

Bonjour Charles!

Ul Mìrafon

« Bonjour Franco, scúltum mí ».

Temps de l’histoire commence inscí.

Carlo Proserpio, UL Casóeula pour gènt,

El crumpà de marca vóeur un nöf strumènt.

Strumènt en fiáa de banda musique.

pressapóch mèzz quintàl ‘ l qui pèse,

que lui apporte le zènta à còll inturn cun:

GHE dìsen ul bemòll trumbón mais la basse en b est.

Maèster, prufesúr et cummisión,

indàgin de mercà, petit spedizión

hors de tous les territoires de naziunàl ul

pour cuntentà un cliènt un peu’ Speciàl.

Intànt l’interesà, Doo volts à l’une,

El va à cuncèrt jusqu'à ce que vous entendiez le Mohandas,

El fóeura il, Dís El, par preparàss,

prugràm impegnatìf cun dènt ul bass.

Et là, en cènter dans le Hall, sans distràs,

bass Dü òeucc dedrée ugiàa fìssen ul:

chaque note, le respìr, chaque muvimènt mìnim

Jean-Francois rèsten fóeuch dans de la Stampa dans mènt.

L’un de le cummisión qu’il fissà l’apuntamènt

CUN(t) une fiur de prufesúr che se ne intènd

et c’est ' sti strüm. nt, Si luntàn,

dans un bóeucc d’un butéga de Lugàn.

Sur vòtt ulìva pulmín verd sérum dans

à la recherche pour ' cunfìn ul svizeròtt Pacha stu

qu’il avait parlé dans meneghín et cun pascènza,

mais purtròpp de assentiment du tuba bass.

Fóeura minacciàva tempuràl tèmp ul el,

dènt ul Carlo sans ul el basse était douloureux,

et ‘ l Carrèta, butegàtt de ' stu Cantón,

El prumètt de rimediàm un uccasión.

Après mèzz et nanca ONU mes, depuis ce jour là,

sènti Carlo: « Ul argentà el gh ', mais la basse est ».

El ciàma amìs tous, hanche peu le donn:

« Decìd Ghe un entends svèlt, Il s’agit d’un Mìrafon ».

Pàssen d’agitaziòn, l ’ est un quarantòtt,

Telefon UL de Proserpio el va 72 nott;

decìd Pó et un menu si édifiant mal,

de istèss un nà vedèl, almèn pruvàl.

Finalmènt ul cuntràtt l’est pó était:

le prim nòcc ul amìs nost n’a aucun durmì,

El alzàva de scundón ' me une suriàn si gatt,

pour vardà strüm divàn sais que le nouveau testament sur ul..

Tous argènt, Thomas un giból, le nouveau testament est un strüm.

tast de tri, canégg w, et buffà dènt

C’est morbide, CUN vus tunda, d'un bèl culùr;

sunàl el gunfia cóeur UL, l’est un amùr.

Esagerà SE ve ' paragón par stu,

pruvì en vardà ' stu et trumbón nous savons récemment:

Il y a el buffa, l’àlter el suna, duu amìs,

un de spettàcul, galz., argènt et grìs.

La vie est un insèma de emuzión

qu’un mumènt de düren, ‘ na búla de saón,

l’impurtànt le desmètt nò innamuràs est de

du ciel, par stèll, par fiùr... opúr d'un basse.

Franco Sironi

Juin 1983 Tous les ’ ami Carlo Proserpio

Vous aimerez aussi....

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *